Octobre 2017, save the date, les Prix Nobel débarquent!

Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram
Twitter
Visit Us
Follow Me
Pinterest

Le prix Nobel, une récompense de portée internationale remis pour la première fois en 1901, est attribué chaque année a des personnes «ayant apporté le plus grand bénéfice à l’humanité», par leurs inventions, découvertes et améliorations dans différents domaines de la connaissance, par l’oeuvre littéraire la plus impressionnante, ou par leur travail en faveur de la paix, suivant ainsi les derniers vœux d’Alfred Nobel, inventeur de la dynamite.

Cinq disciplines en tout sont recompensées: paix ou diplomatie, littérature, chimie, physiologie ou médecine et physique.

Quelque chose vous choque? Moi aussi, alors je commence… pourquoi encore en 2016, les arts visuels sont absents du palmares?

L’art mis à part la littérature n’est en effet que tres peu representé. Un prix Nobel pour l’art serait il trop compliqué à decerner? Ou l’art n’est elle pas encore assez benefique pour l’humanité pour avoir sa place dans cet evenement international?

Est ce le reflet de notre culture? Une culture où la litterature garde historiquement une place preponderante? Les poetes et ecrivains ont toujours ete consideres comme des virtuoses des mots, des personnes qui reussissaient a exprimer ce que nous, pauvres communs mortels, ne reussissaient pas a faire.

Alfred Nobel l’avait demandé: le prix devait aller a des personnes allant dans la direction ideale.

Je me demande encore ce que veut dire ideal? Malheureusement trop souvent “ideal” rime avec compliqué ou sophistiqué de nos jours. Un ecrivain populaire par exemple, meme s’il aura vendu des millions d’exemplaires n’aura jamais aucune chance de gagner un prix Nobel. Que dire d’auteurs comme James Joyce ou Nabokov par exemple? Ils n’ont jamais ete un instant considere pour un prix Nobel…

Cette reflexion nous ramene donc à l’art. Je pense pour ma part que l’art de nos jours a autant, si ce n’est plus, de poids que la litterature. Les artistes sont de plus en plus engagés et remplacent les mots par des performances, sculptures, graffitis ou autres peintures. La reaction à ces oeuvres est quasi immediate.

Quelques exemples probants: Ai Weiwei, Banksy ou encore JR. Tous de nationalité et de cultures differentes mais ayant un point commun. Ils luttent tous pour un monde meilleur et pour plus de liberté.

Oui je sais, on dirait un discours digne des plus grandes pretendantes au concours de Miss monde, mais l’art exprime de plus en plus sa volonte feroce de liberté totale.

Avec notre gain de liberté au fil des années, l’Occident a acquis egalement plus de responsabilités et de contradictions fortes. L’harmonie entre les cultures se deteriorent et devient abherrante. Les problemes d’immigration ou d’intolerance deviennent de plus en plus frequents et la technologie qui etait censée nous rendre plus libres et atteindre des personnes dans le monde entier fait se recroqueviller certaines personnes dans leur propre solitude, face a un ecran led, se creant une vie virtuelle. Ce que l’art fait, au contraire, est rassembler tous les petits points d’un dessin complexe, point apres point.

Et c’est selon un travail “ideal”, un travail qui tend à prendre conscience de certains ideaux, les exprimer au mieux et les exposer a la vue de tous. L’artiste dans ce cas reussit a combiner l’esthetique à la politique et faire passer un message fort. En meme temps, l’avènement de pratiques artistiques dites in situ (Land Art, Graffiti, Street Art) a replacé l’oeuvre dans l’espace public et nourri la réflexion sur la politique de l’oeuvre. La question de l’engagement ne peut donc plus ignorer les techniques et médiums utilisés, la nature des lieux de production et d’exposition de l’oeuvre, ni son impact intellectuel et émotionnel sur le public.

Alors voila quelques histoires extraordinaires d’artistes ordinaires et engagés qui meriteraient d’etres reconnus du monde entier.

Le collectif Boa Mistura par exemple est un collectif urbain espagnol qui a decide d’aller vivre dans les favelas bresiliens en 2012. Ils vont donc habiller les murs et les allées principales des favelas avec des mots representant les sentiments des personnes y habitant. Des mots comme Amour, Fierté, Beauté ou encore Fermeté. Avec un jeu de perspectives, tous les habitants en montant les escaliers tant caracteristiques des favelas peuvent voir ces messages d’espoir.

JR est un autre exemple, c’est un street artist qui a amené lui aussi un grand projet dans une favela de Rio de Janeiro au Bresil. Le projet s’appelait “women are heroes” et rendait hommage au role des femmes dans la societe, qui sont malgre tout victimes de crimes de guerre, viols ou victimes de fanatismes religieux encore de nos jours.

Autre grand artiste au grand coeur, Banksy est un personnage mythique de la scene graffiti, il est un peu vu par beaucoup comme un troubadour des temps modernes. Ces oeuvres sont incisives et ont un impact immediat. Il s’attaque a tout sorte de sujet. Bien qu’encore anonyme, il doit sa renommee a ses nombreuses oeuvres autour du monde qui represente les contradictions de notre societe actuelle. Il a notamment ete invité à peindre sur le mur de Bethleem il y a quelques années de cela.

Mais Ai Weiwei est sans contestation possible l’artiste le plus engagé en Chine. Son animosité contre le régime tient de son histoire personnelle, ses parents et toute sa famille étant été déportés dans les camps de travail en 1957. Camp de travail dans lequel il restera jusqu’à ses 17 ans. L’année suivante, il fonde avec un collectif d’artiste le groupe avant garde « les étoiles » puis part vivre a New York. Il retourne à Pékin en 1993, se consacrant de manière beaucoup plus sérieuse à son art. Emprisonné en avril 2011, il est libéré le 22 juin. Son oeuvre étant immense, je ne ferai qu’un survol de ses créations.

L’oeuvre de Weiwei tient énormément de la provocation. Une provocation d’adolescent, disons presque, inconsidérée. Ai Weiwei dérange violemment le pouvoir chinois, qui comme je vous l’ai dit, l’a condamné pour « crime économique », et lui a interdit de sortir du territoire. Weiwei, c’est un photographe, musicien, architecte, artiste conceptuel, blogueur, adepte de twitter, un homme qui est sur tous les fronts. Il amène l’art dans la vie, a travers les réseaux sociaux, critiquant violemment le réel et les problèmes sociaux mondiaux.

Alors je me demande encore pourquoi l’art visuel ne fait pas encore partie du palmarès du Prix Nobel. Les artistes font la différence et sont aussi engagés que certains politiques pour dénoncer les inégalités de ce monde. Pour beaucoup pourtant, l’art de nos jours et surtout la street art est encore vu comme un acte de vandalisme et non pas comme un art noble à part entière.

Espérons que les mentalités changent peu a peu et que les personnes faisant l’effort de dire haut et fort ce que tout le monde pense tout bas soient récompensées pour leur courage.

L’art et la musique font partie de nous, bien que dans ce cas précis, elles soient considérées comme des disciplines “pauvres”, alors qu’elles enrichissent notre perception du monde.

Que l’on aime ou pas, l’important est souvent de faire reagir, car nos reactions nous font réfléchir et débattre sur un theme. C’est comme cela qu’une nation avance, en débattant de thèmes importants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.