Quand David Letterman parle de Pearl Jam et Eddie Vedder…

Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram
Twitter
Visit Us
Follow Me
Pinterest

Quand David Letterman parle de Pearl Jam et Eddie Vedder…

Je vous remercie. Vous ne pouvez pas vous imaginer l’honneur et le privilège que c’est pour moi d’être de sortie, et pas chez moi, vraiment !

Je sais que Neil Young était censé être là. Les gens me regardent comme si j’avais quelque chose à voir avec cela. Pourquoi Neil Young n’est-il pas ici? La vérité c’est que le pauvre homme ne peut pas rester trop tard debout. C’est comme ça. Soit ça, soit il a avalé un harmonica. Je ne suis pas sûr.

Je suis tellement excité, et vous, peut être le savez, mais pendant 33 ans, chaque nuit, j’ai eu le bonheur et la bénédiction d’avoir un show avec de la musique live. Depuis 33 ans. Des personnes qui se trouvent dans le Temple du Rock and Roll et des personnes qui seront dans le Temple du rock and roll. Et puis, pendant deux ans, cela s’est éloigné. CBS m’a surpris en train d’abuser de la photocopieuse et ils m’ont viré.

Et quand je suis venu ici cet après-midi pour répéter et que j’ai entendu de nouveau de la musique en direct, je me suis dit: Oh mon Dieu, quel cadeau qu’est la musique Live. Je connais tous ces gens. Et mon groupe et Paul Shaffer ont été formidables. Ne prenez jamais la musique Live pour acquis, c’est le message que je veux porter ce soir. C’est un plaisir de revenir ici pour cela.

En passant, j’ai connu Neil Young il y a plusieurs années. Nous nous sommes rencontrés il y a longtemps sur farmersonly.com. En 1988, lorsque j’ai rencontré la plupart des personnes impliquées dans Pearl Jam. Nous étions tous dans un – nous étions dans un groupe appelé Mother Love Bone. Je voulais le transformer en Mother Soup Bone et ils ont dit: «Dégage». Et puis, en 1991, les choses ont complètement changé dans la culture musicale avec l’album intitulé Ten. Et c’était comme un Chinook qui sortait du nord-ouest du Pacifique, c’était rageur, et il faisait appel aux 20 ans qui se sentaient mal à l’aise et sans emploi et laissés de côté. Et j’avais presque 50 ans et même moi j’étais énervé. Et c’était aussi facile pour danser, mais c’est encore une autre histoire…

Et alors, il s’est avéré que ces gars de Pearl Jam étaient quelque chose de plus qu’un groupe. Ils étaient un véritable organisme culturel vivant. Ils reconnaissent les injustices et ils s’opposent à cela, qu’il s’agisse des droits de l’homme, qu’il s’agisse de l’environnement, qu’il s’agisse de la pauvreté, ils ne laissent pas couler, ils se lèvent et réagissent. En 1994, ces jeunes hommes ont risqué leurs carrières en s’attaquant à des personnes sournoises aux yeux perçants, et assoiffées, des grandes compagnies. J’aime bien cette phrase. Et parce qu’ils l’ont fait, parce qu’ils se sont opposés aux magnats de ce monde, je suis content de dire, mesdames et messieurs, qu’aujourd’hui, chaque billet de concert aux États-Unis d’Amérique est gratuit. Comme je connais ces messieurs, ils sont extrêmement généreux. En fait, écoutez bien, ce soir, le balcon entier est rempli d’anciens batteurs Pearl Jam. Levez-vous donc. Je veux dire quelques mots sur la musique de ce groupe. Et la bonne chose à propos de les connaître autant que ce que je les connais, est que je les connais comme des amis aussi bien que comme des icônes culturelles. Et j’aimerais simplement dire qu’un jour j’espère revenir ici pour l’induction de mon ami Warren Zevon.

Maintenant, je vais commencer à lire une liste de chansons et vous allez commencer à applaudir et nous ne sortirons jamais d’ici. « Jeremy. » « Corduroy. » « Rearviewmirror. » Maintenant, voici ce que j’aime: la chanson « Yellow Ledbetter ». Ils ne l’ont pas dans Ten, le premier album. Ils ne l’ont pas mis dans Ten parce qu’ils avaient trop de bonnes chansons alors ils décident: « Nous ne voulons pas mettre cette chanson-là alors qu’on a beaucoup de bon matériel ». Plus tard, il est publié comme un côté B. 25 ans plus tard, c’est un hymne, c’est une icône musicale. Cela vous donne une idée de la qualité de ces messieurs derrière leur musique. Pour beaucoup de personnes, cette chanson serait une carrière. « Sirènes. » « Given to Fly. » « Kung Fu Fighting ».

Ces gars, j’avais une émission de télévision, ils ont été dans mon émission dix fois durant toutes ces années. Et chaque fois qu’ils étaient là, ils mettaient le feu ! Et je ne parle pas au sens figuré. Ils ont vraiment mis le feu au théâtre. Pendant deux ans, j’ai fait un spectacle sans toit.

Vous connaissez la chanson « Black ». Il y eut une période de ma vie où je ne pouvais pas arrêter de faire cela [imite le refrain]. Génial. Maintenant, nous leur devons beaucoup d’argent. Très honnêtement, cela tournait en boucle dans ma tête. Je me demandais toujours combien de fois il y avait ce refrain dans la chanson. J’ai finalement dû aller voir un hypnotiseur pour arrêter [imite le refrain à nouveau]. Une nuit dans l’émission, je le fais et la porte de la scène s’ouvre en fracas, et entre Eddie Vedder. Il chante la chanson avec Paul [Shaffer] et le groupe. Puis il vient me voir et me regarde droit dans les yeux et il dit: « Arrêtes de le faire. » Et j’ai été guéri, mesdames et messieurs.

Je veux vous raconter une histoire que j’aime beaucoup. Il s’agit d’une amitié avec un gars qui a fait quelque chose dont je me souviendrait toute ma vie. J’avais encore trois émissions à faire, Eddie Vedder était sur une de ces émissions e et il a chanté « Better Man ». J’aime me dire que c’est parce que cela rimait avec Letterman. Il y avait quelque chose d’émouvant dans l’air parce que, l’emission était plus relax et la réalisation etait en train de dire au revoir – comme je l’ai déjà dit, l’expérience qui me manque le plus est l’expérience de la musique Live tous les soirs. Mais c’était dans l’air. C’était palpable. Et à la fin du spectacle, Eddie Vedder s’approcha de moi et il me l’a remis. (Letterman tient une guitare acoustique de taille enfant avec le nom « Harry » peint dessus). Je ne sais pas si vous pouvez le voir, Mais c’est le nom de mon fils. Il m’a donné cette lettre et il a dit: « Cette lettre est pour ton fils. Je veux que tu la donnes à Harry. « Je pense que nous avons une photo de mon fils, Harry? (Une photo d’un jeune garçon allumant une cigarette apparaît sur les écrans, intitulée » Harry Letterman « ). Regardez cela. Nous l’avons mis dans les meilleures cliniques. Sur cette photo il était peut-être en année sabbatique au collège, je ne sais pas.

Donc, si vous êtes dans le show business, il est probable que vous ayez une forte tendance au cynisme. Et je serais certainement le président de ce club à l’exception de ce genre de choses. Cette lettre d’Eddie Vedder à mon fils, le 18 mai 2015. Il me reste trois émissions. Je vous lirai cette lettre maintenant, si cela ne vous dérange pas. « Salut Harry. Je m’appelle Eddie Vedder et je suis un ami de ton père. Je voulais que tu aies cette petite guitare pour commencer. Essaye-la, fais un peu de bruit, et on fait un deal: si tu apprends même une seule chanson sur cette guitare, je t’en apporterai une plus grande pour ton anniversaire. Peut-être même électrique. Tiens moi au courant. « Et mon fils aime pêcher, alors Eddie rajoute: » Jouer de la guitare est comme la pêche. Pêche des chansons. Bonne chance, Harry, dans tout ce que tu souhaites. Cordialement. « Il s’avère que mon fils joue un instrument à cordes, mais c’est le violon – ça va c’était pas loin. Il y a bien des raisons pour lesquelles ces personnes sont dans le hall of Fame, mais pardonnez-moi si cela est personnellement la raison la plus importante.

Et nous les avons ici, mesdames et messieurs. Guitare: Mike McCready. Guitare rythmique: Stone Gossard. Batterie: Matt Cameron, Dave Krusen. Sur la basse: Jeff Ament. Voix et guitare: Eddie Vedder. Je suis honoré de les introduire au le Rock and Roll Hall of Fame, les légendaires Pearl Jam.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.