Street art et musique – Une collaboration durable

Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
YouTube
Facebook
Facebook
Instagram
Twitter
Visit Us
Pinterest

Street art et musique- Leur collaboration est-elle le stigmate d’une société de rébellion?

street-art-musique

 

Graffiti, slam, hip hop et break dance. C’est ce qui a animé la majeure partie de mon enfance dans les années 80. Non je ne suis pourtant pas née dans la « rue », mais plutôt en campagne dans le Sud de la France donc rien vraiment à voir avec les quartiers de New York où tout a commencé !

La culture urbaine a pris son essor au début des années 80 au moment où le street art et le monde du hip hop était très liés. Logique puisque le hip hop et le street art se sont tous les deux développés dans la jungle urbaine comme une protestation sociale. Des arts qui dénonçaient la société parfois injuste où ils tentaient de vivre. Les deux formaient alors une sorte de rébellion irrésistible.

Les tags pullulaient sur les murs des immeubles et le rap était un genre musical qui devenait de plus en plus populaire, bien que souvent vu comme une musique violente.

Hip Hop ou Punk Rock?

De nos jours, le street art peut s’apparenter à plusieurs types de musique, bien sur le hip hop est toujours très actif, mais la sub-culture des zines et des skateboarders a poussé le street art vers la musique rock voire punk rock. Aujourd’hui, beaucoup d’artistes  cotés et acclamés par la critique ont commencé dans la rue avec des graffitis. Des artistes comme Kaws, Keith Haring, Obey ou Banksy en font partie.

street-art-musique

Certaines de leurs œuvres ont été vendues aux enchères a des prix hallucinants. Cela aurait été tout à fait inimaginable dans les années 80 où le street art était alors considéré comme du vandalisme.

L’image du street art a beaucoup changé et a été accepté par beaucoup comme une nouvelle forme d’art moderne et contemporaine, qui permet tout comme les œuvres d’art de leurs ancêtres de dénoncer une réalité sociale. Les œuvres de street art sont d’ailleurs très souvent ponctuées de messages sans aucune équivoque.

Mais l’art du graffiti pose aujourd’hui encore un problème. Le problème du bien privé ou du bien public. Bien que très souvent les communes font appel à des artistes afin d’embellir avec le street art des zones délabrées, d’autres le font encore dans la clandestinité car ils n’ont pas été autorisés à présenter leurs œuvres sur les murs de biens privés. Tel est le cas de Banksy , qui encore anonyme, et figure de proue de cet art clandestin, reste un mythe dans la culture du street art.

Et même Banksy pourrait bien avoir un lien évident avec la musique et oui… Certains théorise sur le fait que Banksy ferait partie du groupe britannique Massive Attack. Pourquoi pas ?

Nous le saurons peut-être bien un jour…

street-art-musique

 

Pour qui travaillent ils les street artistes de nos jours?

Quand de nombreux street artistes ont participé à des pochettes d’albums pour Kanye West ou Blur par exemple, il n’en reste pas moins que l’artiste n’est peut-être pas toujours intéressé par la musique qu’il représente, mais que ces deux arts se complétant, ils arrivent à trouver une inspiration réciproque. Depuis de bien nombreuses années la musique et l’art marchent main dans la main, avec par exemple Warhol qui avait produit et collaboré artistiquement avec les Velvet underground. Et cela a permis de trouver toute une nouvelle génération d’artistes inspirés par les rimes de leur chansons préférées.

Même si de nos jours le fait de collaborer avec des street artistes peut faire partie d’une tactique marketing, l’artiste Dface est réellement inspiré par les musiciens et la musique en général et en a fait son pain quotidien.

Le lien entre la musique et le street art est inévitable. Le mot graffiti dérive d’ailleurs de l’italien « graffiare » et qui veut dire que l’on peut griffer la surface, bien qu’aujourd’hui le street art s’inspire de techniques variées comme le stencil, la peinture, le graphisme ou encore des stickers.

Un acte de rébellion?

Les artistes les plus reconnus comme Banksy et Shepard Fairey (Obey) utilisent le stencil pour faire passer leur message et Banksy a récemment passé plus d’un mois à New York City, où son travail et ses expérimentations sociales ont attiré les foules ainsi que la colère des politiciens.

Pour finir, le street art est attiré par une force de l’image plus qu’une force de texte, et c’est une sorte d’acte de rébellion, mais en aucun cas un acte de destruction car son intention est de rendre plus beau l’environnement où il se trouve…

L’art et la musique font partie de nous!

 

street-art-musique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.